Petites
réflexions !

 

Ne
livrons pas à ceux qu’un simple élan, contente,

La force
d’un amour, se donnant en passion.

Transmettre
en exultant un sentiment qui hante,

Chercherons-nous
sans fin, l’Âme sœur sans condition.

 

A croire
que nos sens se jouent de nous sans vergogne,

Contraignants
et souffrants, en Âme si naïve,

 Malheurs engendrés, n’y a-t-il rien qui étonne ?

Sachant
l’évidence d’une vie abusive.

 

Maria
Cesare. Le 21 février 2009 /
0H40