Le doute !

 

Dans l’écho du silence,
du plus profond des nuits,

Un sentiment de
doute, peu
à peu m’envahit,

Me donnant
l’illusion, effeuillant mes pens
ées,

Que je pourrais
encore, aimer et esp
érer.

 

Quel est donc ce
r
êve qui, chaque nuit revient ?

Taraudant mon
esprit, infernal magicien,

Jetant à coups d’effrois
et jouant de chim
ères,

S’insinuant en
moi, sournoisement, se terre.

 

Et ma flamme de
vie, tristement veut s’
éteindre,

Par l’absence
d’amour qui ne saurait m’
étreindre,

Oh ! Misérable doute,
emportant ma raison,

Ultime résistance, à tant de déraison.

 

Maria Cesare. Le
21 novembre 2008