C
onscience !…

 
                           Etrange regard que j’ai croisé cette nuit,
                         D’un homme solitaire cherchant son chemin.
                           De ces yeux, découlait un appel à la vie,
                        Faisant battre mon cœur d’un élan incertain.

 
                        Alors ! Ainsi plongé en ce monde onirique,
                      Il marche ! Perdu dans de sombres pensées.
                      Son corps blafard ondule en forme famélique,
                       Déversant en passant, ses larmes oubliées.

 
                      De ses épaules voûtées par le poids des ans,
                        Je devine sans mal, son étrange misère,
                     Sa douleur palpable, loin de ses joies d’antan,
                       Lui donne un air lugubre de pauvre erre.

 
                    Mais quel est donc ce froid regard si pénétrant ?
                        Vêtue de ce noir manteau chargé d’hérésie,
                   Est-ce Toi ! Ma Conscience sous déguisement ?
                      Me conjurant sans fin, de renaître à la Vie !

 

           Maria Cesare. Le 1er décembre 2007