Le phénix

 
                      De mes
sombres nuits et aux confins du silence,
                      Assise
sur ma vie qui me laisse sans voix,
                      Je
ressasse chaque instant trépassé en Moi,
                      Effeuillant
mes pensées pour cueillir l’espérance.

 
                      Toutes
les nuits, si cruel, ce rêve revient,
                      Jetant
à coups d’effrois et jouant de chimères,
                      Trompant
l’Esprit où ! Sournoisement, il se terre,
                      M’assaillant,
infernal, comme un vil magicien.

 
                      La
flamme de la vie, doucement vient s’éteindre,
                      Oubliant
les histoires de mes joies et malheurs,
                      Et
tant de pages blanches, il me reste en couleurs,
                      Que
seul ! L’Amour, tel un phénix, viendra dépeindre.

 
                          
Maria Cesare. Le 8 Août 2007