La voie du rêve…

 

                         De
rêver, il n’est de plus doux moments,
                         Quand,
sur le soir, arrive timidement,
                         Comme
un murmure, à l’oreille, chantant,
                         D’heureux
présages, par le vent, nous parlant.

 
                         Douce
rumeur, émergeant de l’abîme,
                         Se
faisant, en nos cœurs, nouvelles rimes,
                         Pour
encore conjuguer ce verbe « Aimer ! »
                         En
auras-tu force et belles pensées ?

 
                         Mon
Ami ! La nuit tombe sur nos rives,
                        Ne
perdons plus de temps, que bonheur vive,
                         Je
suis là ! Dans le noir et je veux 
croire,
                         Qu’une
toile se tisse pour notre histoire.

 
                        Rien
n’est simple, autant que Toi, je sais,
                        Combien
de douleurs, il nous faut d’essais !
                        Et
sentir de ta main, douce chaleur,
                        Qu’à
l’aube naissante, cueille ta ferveur.

 
                        Ainsi
je serai pour Toi ! Ce doux port,
                        Où  l’espoir, tu arrimeras si fort,
                        De tes
larmes, ferai une rivière,
                        De
perles, de diamants et de Lumière.

 
                    M
aria Cesare. Le 3 août 2007 

Publicités