Ô ! Mon Ame…

 
                     Laisser
pénétrer en mon cœur, mille revers,
                     Et ce
faisant, place de choix aux pires tourments,
                     Dans
ma chair meurtrie, tant de sentiments pervers,
                     Seules
concessions de mon Ame en hurlements.

 
                     Ô !
Solitude glacée d’un fantôme errant,
                     Je
vous hais, Vous ! Mes années, en zombie, passées,
                     Mon
Ame martelée par le temps, s’égarant !
                     Sur
d’improbables sentiers, de malheurs, jonchés.

 
                     Fuyez !
Nuits de froideurs, aux senteurs de soufre,
                     Angoisses !
Envahissant les limbes de mon esprit,
                     Me
plongeant en souffrances, aux  bords de
ce gouffre,
                     Où
toutes ténèbres  n’effaceront mon mépris.

 
                     Confusions
de sentiments et corps en lambeaux,
                     Où
trouver le repos ou réponses en ces lieux ?
                     Sans
faillir pourtant, j’aurai cherché le flambeau,
                     Seuil
d’une vie rivée à l’horizon des Cieux.

 
                        Maria Cesare. Le 25 juillet 2007