Amères larmes

 Il pleure dans mon cœur,
Comme il pleut sur mon village,
Quelle est cette langueur,
Qui pénètre mon sillage.

De ne pouvoir donner suite,
Moi-même, je ne sais plus,
Où mon cœur s’arrête en fuite,
Aimer à nouveau, je ne sais plus.

Prends ma main, guide-moi,
Dis-moi que la vie est encore là !
Montre-moi le chemin d’émois,
Dis-moi que c’est bien cette route-là !…

      Maria Cesare. Le 27 novembre 2006