Incrédule…

 

Noir est mon avenir, lourd est mon silence,

Et ma plume retranscrit un sombre message,

Mon Ame déchirée par autant de souffrances,

Ne parvient plus à ressentir ton doux ramage.

 

Et que faire face à ce destin qui s’acharne,

A vouloir tout gâcher en vaine espérance,

Je ne puis laisser mon corps qui se décharne,

En pâture aux démons pour toute sentence.

 

C’est de Toi ! que je veux ma juste délivrance,

De Toi, mon Amour ! dont l’espoir m’envahit,

M’accrochant follement, en toute innocence,

A ce rêve si fou… d’un bonheur infini…

 

             Maria Cesare. Le 19 mars 2007