Loin de moi…

Qu’il est long ce chemin, d’embûches, parsemé,
Au détour d’une rue, de ci-de là ! flânant,
Qu’il est dur ce pavé, sans un être à aimer,
Passion ! je revendique à mon Ame d’errant.

Qu’ils sont longs ces adieux sur le quai d’une gare,
Mouchoir oscillant à la pointe d’une main,
Qu’elle est lourde cette larme brisant mon regard,
Espérance infinie d’un nouveau lendemain…

            Maria Cesare. Le 7 mars 2007