Nuit ensorceleuse !

Une folle sarabande me tourne la tête ! 

Elle m’envahit, je frissonne, ô ! musique obsédante !

Tes tambours allant crecendo ! martèlent mes tempes,

En un rythme endiablé et sulfureuse cadence…

 

Mon esprit s’évade face aux hurlements

D’une foule déchaînée par le son des tams-tams,

Cinglant, déchirant et courant sur ma peau,

Un sillon se dessine le long de mes reins…

 

Les bruits sourds des tambours me font vaciller,

Mon corps brûlant ne répond plus, secoué

Par maints mouvements saccadés,

Malgré moi, il suit la musique ! marquant le tempo…

 

Etranges sensations de mon corps en délire,

Libérée tout-à-coup de mes chaînes "  taboues ", 

Conscience propulsée au-delà du réel,

Haletante ! je tombe enfin ! loque sur le sable….

 

Le Silence vient de choir, les lumières s’éteignent,

Comme pour apporter un semblant de pudeur,

Dans cette nuit magique !  où tout n’est qu’irréel !

Dans l’ombre, je me blottis, savourant ma délivrance…

 

                     Maria Cesare. Le 26 février 2007