Angoisses

Lorsque descend le soir sur les rives de mon coeur,

Et que, perdue dans la nuit de mes souvenirs,

Les ténèbres m’envahissent peu à peu de froideurs,

Me laissant un arrière goût de sombre avenir…

 

Debout ! dans la pénombre, en coin de cheminée,

Mon regard se perd dans les méandres des flammes,

Ecoutant le crépitement… hypnotisée !

Je reste là ! mon esprit s’évade et s’enflamme…

 

Dieu, que c’est triste ! à entendre mon Ame,

Ainsi déchirée par autant de lourds secrets,

Ne pouvant trouver repos en ce monde infâme,

Je crie ma douleur ! faisant un voeu si discret…

 

                        Maria Cesare. Le 18 février 2007

Tous droits réservés, copie, même partielle strictement

interdite, sans autorisation de l’auteur.