Il n’est de plus beau langage,
                  Que deux regards qui se croisent.
                        Je sonde ainsi ton coeur,
                   Qui n’a, pour moi, plus de secret.
                    Ton Ame est là ! et vient à moi,
                      Echangeant contre la mienne,
                      Cette pulsion qui nous amène,
                    A une osmose de nos deux corps
                         Qui, soudés l’un à l’autre,
                 Ressentent ensemble, tant de plaisir…
                             Et c’est dans tes yeux !
                            Que je lis, mon Amour,
                   Tout le bonheur que l’on se donne,
                 Jusqu’aux confins de notre béatitude.
                       Sublimes et intenses moments,
                   Où deux êtres en parfaite harmonie,
                       Jouissent de l’instant présent,
                     Pour en faire toute une éternité…
                                     D’ AMOUR !…
 
                       Maria Cesare. Le 2 novembre 2006