Mélancolie, tu me fais mal !
Car tu as envahi mon coeur,
Annihilant mon idéal,
Perdant de vue mon seul bonheur.
 
Il y a tant de trouble en moi !
Que je ne puis pas espérer,
Revivre un jour, sans cet émoi !
De voir enfin, cet être aimé.
 
Qu’as-tu donc fait de tout ce temps ?
Ce temps si long ! bien loin de moi,
J’ai tant de peine depuis ce temps !
Et dans mon Ame j’ai si froid.
 
Nous avons tant de choses à dire !
Que le temps n’y suffirait pas,
Mon coeur est vide et je soupire,
Voilà l’Espoir ! j’entends ses pas…
 
                    Maria Cesare. Le 16 octobre 2006