Jamais, tu ne pourras imaginer,
Combien j’ai pû rêver et espérer,
Au jour merveilleux et tant attendu,
De nous voir enfin et sans retenue.
 
Nous nous serrerons si passionnément,
A hurler de bonheur si fébrilement,
Nous pourrons ainsi parler du passé,
Et de l’avenir pour tout effacer.
 
Tant de douleurs vécues jusqu’à ce jour,
Et faire moultes projets remplis d’Amour,
Sans plus penser à tout ce temps perdu,
Où nous étions tous deux dans l’inconnu.
 
Pas un instant ne se passe sans Toi !
Dans mon coeur, tu vis, sans perdre la Foi !
Sur ton visage se dessine un sourire,
Et notre rencontre provoquera soupirs.
 
Comment ne pas songer que très bientôt !
Mes espérances soient comblées d’en " Haut ",
Te voyant enfin là ! devant mes yeux,
Je tombe à genoux, en remerciant Dieu.
 
                       Maria Cesare. Le 11 octobre 2006