Terre d’asile, terre promise,
              Terre aux mille accents sensuels,
               Accueille-moi et serre-moi fort,
                 Je serai pour toi cet Oasis !
             Où tu viendras abreuver ton désir,
                    En une bouffée lyrique,
                Aux douces notes inchangées,
                Par le rythme de tes caresses,
                   Qui vient briser son ressac,
                    Sur les côtes de mon Eden…
 
                    Mon Amour, n’arrête pas !
               Entraîne-moi vers cet Eldorado !
                   Comme une douce mélopée,
                 Qui nous envoûte et nous brise,
           Par d’incessants changements de notes,
                  Comme l’archet glissant ainsi,
                     Sur les cordes d’un violon,
                           Au son magique,
           D’une symphonie magistralement jouée.
                      Ainsi repus et désaltérés,
                  A cette fontaine de jouissance,
                     Nos deux corps enfin grisés,
                   Reposent, épuisés et assouvis,
                  Sur cette plage au sable chaud…
 
                               Maria Cesare. Le 12 septembre 2006