Je erre au fil de ce temps,
Perdue dans l’immensité,
Et mon coeur n’a point pourtant,
Retrouvé sérénité.
 
Dans ce vide, parmi ces gens,
Vient à moi cette solitude,
Sans semer l’Amour d’antan,
Insinuant l’incertitude.
 
Et ce temps vient faire son oeuvre,
Implacable et sans raison,
Il fait mal et me désoeuvre,
Il me faut mander: "pardon !".
 
                 Maria Cesare.