Toi, mon Amour inaccessible !
Je rêve à toi dans mes nuits noires,
Penché sur moi ! grâce indicible,
Dans une ronde très illusoire.
 
Toi, mon Amour inaccessible !
Pour moi, tu restes ce rêve si doux,
Comme un parfum indéfectible,
Marquerait si fort, nos sens si fous.
 
Chantons, chantons, divine chanson !
Frôlements, caresses inavouées,
Tourbillon d’amour et Echanson,
Oh ! ma sérénade inachevée…
 
                      Maria Cesare. Le 2 septembre 2006