Category: poésie libre


Mots Eternels !…


Mots
éternels !………….

 J’emprunterai
des mots d’amour aux vents,

Le volcan
me les réchauffera et la rivière me les rafraîchira….

Des mots
d’amour puisés à la source céleste,

Des mots
d’amour qui chantent la force de ton émoi……


 J’inventerai
des mots d’amour caressant les lignes de ton corps,

Inscrivant
inlassablement par de-là la folie,

Des mots
d’amour sur les rives de nos âmes,

Dessinant
la vallée de l’ivresse d’où émerge cette puissance…

 

Puissance
de mots, puissance de nos désirs portant au firmament,

L’explosion
de nos sens. 

Mêlant
nos souffles et déchaînant nos passions.

Des mots
d’amour que tu m’apporteras, les déposant sur ma peau,

Délicatement
et en faire ainsi une rivière de diamants,

Ecrivant
à jamais dans les méandres du temps…….

Le poème
de notre Amour….

 Maria Cesare. Le 24 juillet 2010


Il suffit !

Il suffit !

  Il suffit que je pense

Pour que les mots  sitôt

Se mettent à danser

Et à papillonner.

 

Dans ma tête rêveuse,

Les mots volent sans cesse

Faisant des tourbillons

De grandes émotions.

 

Il suffit que je pense

Et voilà mon chagrin

Qui ramène son refrain

Encore et toujours

 

Dans ma tête rêveuse,

Volent, volent les mots

Les mots bleus, les mots gris,

Qui tournent et ondulent

 

Il suffit que je pense

Et voilà, ça recommence

Tourne, tourne, ça fait mal

Dans ma tête rêveuse.

 Maria Cesare. Le 11 août
2010


Le Glas !

             Le glas !                

 
Quand l’heure du glas est arrivée !
Il est vrai qu’il faut la sonner….
Mais combien de douleurs ?
Doit-elle, même en couleurs,
Nous faire endurer,
Et même perdurer…
Lâchons là ! Les paroles,
Pour qu’elles soient "farandoles"
Pour adoucir nos maux,
Aux travers de tous nos mots….
Ceci pour vous dire
Qu’en amour, il faut rire,
Et qu’il en va aussi,
Pour tous vos soucis….
La Vie est trop courte,
Pour la mettre en déroute…
Eloignez l’hérésie,
Oeuvrez pour la poésie.

 
   Maria Cesare. Le 5 mars 2008

Vagabondes pensées

Au Firmament !

Hebergement gratuit d image et photo

Au
Firmament !

Couvre
mes nuits d’un manteau de baisers,
Porte
mes cris au seuil de la passion,
Que
tes bras s’ouvrent pour étreindre mon corps,
Façonne
mes désirs en mille sensations.


Ecoute
mon silence et deviens son écho !
Prolonge
mes soupirs à en perdre la raison,
Réveille
mon souffle qui, bientôt, se meurt,
Fait
de ma raison, un puits de bonheur.


Au
crépuscule de mon existence,
Viens
effacer mon ombre blafarde,
Imprime
dans ma mémoire, ton ardeur d’amant,
Fait
de mon Etre, un parterre de roses.



Et, de mes écrits noirs, mes plus belles pages
De mes
chemins oubliés, retrouve la trace,

Emmène-moi
à l’horizon de l’extase,

Buvons
à la source de l’éternelle jouvence.


Allons !
Mon amour, aux portes de l’infini,
Et,
semblables à la myriade d’étoiles,
Dessinons
chaque nuit, un nouveau firmament,
Et peignons tour à tour, la toile de notre vie…

Maria Cesare. Le 19 juin 2007

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.